Utiliser en classe

Un répertoire de vues Google Maps et Street View pour l'histoire et la géographie

Accueil * Liste de toutes les vues * Se connecter * Ouvrir un compte * Comment participer ? * Contact et aide

Fouilles au centre de Manchester : la redécouverte d'un taudis victorien


Agrandir le plan

Commentaire destiné au professeur :

Au centre de l'image figure le parking de Miller Street. C'est ici qu'en 2012 se dresseront les nouveaux bureaux de la société d'assurance "Co-Operative CIS", sur le site d'Angel Meadow.

Le quartier d'Angel Meadow représentait au milieu du XIXème siècle le plus saisissant exemple de taudis. Compris entre Rochdale Road, Cheetham Hill Road et Gould Street, il comptait une population de 20 à 30.000 habitants entassés sur une surface de 13 hectares.

Un journaliste londonien, Angus Reach, le décrit en 1849 : "le plus misérable, le plus repoussant, le plus insalubre des quartiers de Manchester se nomme, curieusement, le Pré de l'ange (Angel Meadow). C'est un agglomérat de caves où logent des prostituées, leurs maquereaux, des brigands, des mendiants, des vagabonds, des clochards et, entassés dans les pires, les plus sombres, les plus crasseuses des porcheries, ces misérables entre tous, les Irlandais."Pour ceux qui ont un emploi, ce sont pour la plupart des ouvriers du textile, mais on sait que le chômage à Manchester à partir des années 1870 frappait particulièrement ce secteur d'activité.

C'est ce quartier Friedrich Engels dépeint sous le nom d'Old Manchester, dans son célèbre ouvrage de 1844 La Condition de la classe ouvrière en Angleterre. De ces taudis, les traces avaient été effacées par les bombardements de la seconde guerre mondiale et quelques travaux d'assainissement menés dans les années 50.
Ce qui motive les archéologues est qu'"on ne sait que peu de choses sur ces gens". Les sources sont surtout écrites et les éléments matériels peu nombreux. Les chercheurs prélèvent donc des objets ménagers (bouteilles, vaisselle, une tête de poupée, les perles d'un rosaire...). Ils mettent en évidence ces caves de 3 mètres sur 3 qui abritaient "trois générations d'ouvriers", une courette où on élevait un porc, nourri de détritus ...Tous ces éléments, ils les confrontent aux textes.

Mais il s'agit aussi d'un événement local. La compagnie d'assurances, qui va bâtir là l'extension de ses bureaux en 2012, a habilement mis en avant ses racines mutualistes et ouvrières pour sponsoriser et valoriser le chantier de fouilles. Les Mancuniens se passionnent pour ces recherches sur ce côté sombre de "leurs origines", mais aussi et peut-être même davantage pour les découvertes régulières d'ossements humains qu'on fait dans le secteur. Il faut dire que, jouxtant le taudis, un cimetière laissé à l'abandon contenait à l'époque les restes de quelque 40.000 "malheureux", entassés là aussi, en majorité dans des fosses communes...

Lien(s) à consulter sur le sujet

Article du Guardian
Nombreuses photographies du chantier prises sur un blog


Commentaire destiné aux élèves :

En utilisant la vue incrustée "Google Maps"
1/ zoomez en arrière et citez deux bâtiments importants qui permettent de dire que ce quartier est situé dans le centre de la ville
2/ qu'est-ce qui permet en outre de dire qu'il s'agit du "centre historique" de Manchester ? (utilisez le texte de présentation)
Parcourez les photographies du blog cité en lien
1/ relevez les matériaux utilisés, la taille des espaces de vie
2/ pourquoi l'archéologie est-elle, dans ce cas précis, un moyen précieux pour compléter les sources écrites ou les photographies d'époque ?
3/ peut-on ici parler de paternalisme ? (penser aux conditions de logement des ouvriers au Creusot à la même époque)

 

Si vous voulez récupérer la source : copiez le morceau de code ci-dessous et collez le sur une page HTML :